Close
aide à l'écriture et à la promotion des livres

Comment écrire un livre et le finir

11 petits pas gagnants sur le chemin de l’écriture

Mettre un point final à son livre n’est pas une mince affaire ! Nous accompagnons les auteurs depuis 18 ans déjà et force est de constater que si la démarche d’écriture est une aventure pleine de liberté, elle rencontre également de nombreux obstacles ou résistances avant de s’épanouir… Des pensées parasites ont tôt fait de ralentir les écrivains en herbe ou plus confirmés, et même de les arrêter en cours de route. Ces freins sont multiples, variés et propres à chacun. Nous en évoquerons quelques-uns sans doute lors d’un prochain article mais commençons plutôt par distiller ici « 11 petits pas gagnants » ; tels des jalons à poser pour achever votre projet d’écriture. Ils ont fait leurs preuves auprès des auteurs « coachés », pourquoi pas vous…

Identifiez la ou les raisons pour lesquelles vous souhaitez raconter cette histoire et pas une autre.

Utilisez une métaphore qui résonne en vous pour la décrire. Ecrivez-la et réservez-lui une place toute particulière sur votre bureau ou tout endroit familier où vous aimez écrire. Elle se transformera en moteur lorsque la lassitude ou le découragement vous guetteront…

Agencez un espace d’écriture cocooning rien qu’à vous !

Un endroit inspirant, refuge de chaque instant pour plonger dans votre histoire. Certaines personnes préfèrent s’imprégner d’un lieu spécifique pour écrire leur premier jet. Pourquoi pas. La mer, la montagne, la campagne, la ville même ne manquent pas de locations saisonnières cosy propres à libérer vos pensées et votre plume ! Vous connaissez peut-être un ami globe-trotter vivant dans l’un de ces lieux convoités et prêt à vous laisser une clé de son home sweet home lors d’un de ses voyages. À moins qu’une personne de votre entourage ne vous ouvre la porte de sa résidence secondaire….

Fixez-vous une deadline pour l’écriture du premier jet et une autre pour le second jet.

Accoucher de la première version d’un livre même long ne devrait pas vous prendre plus d’une saison. Belle image n’est-ce pas ? Ces trois mois dépendent bien entendu de votre pratique ou expertise et du temps que vous êtes en mesure de dégager pour écrire. Pour autant, si votre motivation est sans faille, il est relativement facile d’être productif en moins de temps. En effet, en 1 heure d’écriture vous produisez de 500 à 1000 mots. Comptez environ 250 mots/page imprimée. Faites le calcul et… lancez-vous !
La seconde version ne devrait intervenir qu’après un certains laps de temps inhérent à la prise de recul. Affiner le récit, trouver le mot ou les images justes, relever les incohérences demandent une méthodologie quelque peu énergivore. Certains auteurs aiment particulièrement réviser leurs écrits tandis que d’autres se trouvent déboussolés à cette étape.
L’Orange et la plume sera ravie d’être à vos côtés pendant cette période délicate. Le conseil éditorial que nous prodiguons s’adapte à vos besoins, problématiques et interrogations.

Documentez-vous avant de prendre votre plume.

Si vos écrits requièrent une phase de recherche (Géographie, Histoire, expertise professionnelle, rencontres, etc), évitez à tout prix d’engager cette dynamique en cours d’écriture. Elle vous éloignerait de votre projet et risquerait fort de vous entraîner dans des voies difficilement contrôlables. Classez, structurez ensuite cette récolte d’informations et notez avec vos propres mots les idées qu’elles font émerger.

Écrivez régulièrement et d’un jet.

Soignez votre première phrase puis suivez le fil de vos idées et de votre histoire sans vous censurer. Ne vous corrigez pas en cours d’écriture. Mettez de côté ces allers-retours pour plus tard. Ne recherchez pas à tout prix la tournure parfaite, l’anecdote ou la description sans fausses notes. N’ayez qu’un objectif : racontez.

Lisez quotidiennement.

Journaux, magazines, livres, blogs,… le choix est vaste. Lire exerce votre écriture bien au-delà du plaisir de la lecture et de l’ouverture au monde. De façon consciente ou inconsciente. Pour les plus assidus ou les personnes qui aiment garder une trace tangible de leurs pérégrinations littéraires ou journalistiques, notez ou surlignez les phrases qui font mouche, relevez ce qui rend le récit unique…mais ne vous y perdez pas. Une fois que nous avons commencé à écrire, lire nous extrait quelques temps de notre histoire pour nous connecter à d’autres histoires. Cette nouvelle perception posera son empreinte imperceptible dans votre propre récit. Exit l’image de l’écrivain complètement retiré du monde extérieur !

Entourez-vous dès le départ d’une ou deux personnes bienveillantes et de confiance.

Programmez des rendez-vous mensuels avec elles. Elles agiront comme des gardes-fous et vous inviteront à ne pas vous isoler, ni tourner en rond trop longtemps si vous vous trouvez en mauvaise posture pendant l’avancée de votre livre. Ces personnes protègeront en particulier tous les auteurs novices ou peu assurés.

Mettez vos cinq sens en éveil ou réveillez-les !

Écrire avec vos cinq sens apporte une couleur toute spéciale à vos écrits. Mais pour les transcrire, il est essentiel de les exercer. Avec quel sens principal appréhendez-vous naturellement le monde ? Identifiez-le et commencez dès maintenant à développer les 4 autres. Votre perception du monde s’en trouvera enrichie et votre récit à venir aussi. 
Prenons un exemple facile à comprendre pour une personne qui vit en bord de mer (ou qui en rêve ! ) : programmez une balade sur les sentiers douaniers. Ouvrez grandes vos oreilles pendant ce bol d’air et laissez-vous bercer par le bruit des vagues, le chant des goélands, le bruissement de la faune et la flore. Observez le paysage en mouvement, ressentez les embruns qui vous chatouillent la peau, attrapez du regard les lézards sereins qui se faufilent subrepticement entre vos pieds. Délectez-vous de mûres sauvages lors de votre promenade, savourez chaque bouchée et… photographiez cet instant précieux dans votre tête, les cinq sens en éveil…

Puisez la singularité et l’originalité de votre livre en vous-même !

Nous voyons souvent des auteurs s’arrêter en chemin car ils estiment leurs écrits vides ou peu originaux. D’autres ont très envie de raconter une histoire ou leur histoire mais ils n’arrivent à rien démarrer du tout tant qu’ils n’ont pas trouvé le piquant, l’originalité coûte que coûte. Sans compter les auteurs en quête du Saint Graal de l’inédit, de l’excentrique. Ils en oublieront de rejoindre le lecteur.
Vous êtes unique, avec votre histoire, votre style et votre propre perception de la vie. Si vous n’êtes pas dans une démarche de plagiat et que vous écrivez pour être compris, gardez seulement à l’esprit que votre livre puisera son originalité en vous-même. Et soyez certain que c’est ce que votre futur lecteur percevra et appréciera…

Ne vous comparez pas.

Ne croyez pas qu’il y ait une seule façon d’écrire un livre. Certains auteurs sont incapables de prendre la plume sans plan détaillé. D’autres en revanche s’empêtrent dans l’écriture dès lors qu’ils se sentent obligés d’y avoir recours. Si vous faites partie de ces réfractaires, nous vous invitons plutôt à noter vos idées avant de noircir vos feuilles ou les pages de votre ordinateur. Le mind-mapping est un outil ludique et performant pour structurer votre histoire et ne pas vous perdre en chemin d’écriture. Cette carte créative est organisée sous forme d’arborescence illustrée par un combiné de mots, graphisme et couleur. Un atout majeur pour visualiser, mémoriser et réorganiser.
Que vous produisiez 10 pages en 1 heure ou que vous ne soyez capable d’écrire qu’une seule page par jour importe peu. Rappelez-vous pourquoi vous avez entamé ce projet d’écriture et mettez-y tout votre coeur…

Persévérez.

Imprégnez-vous sans cesse de votre métaphore du début. Gardez à l’esprit ces 11 petits pas gagnants. Ils seront redoutablement efficaces lorsque vous cultiverez des pensées négatives ou ne décollerez pas votre nez et votre esprit de votre page blanche. Ils seront votre force lorsque votre patience sera mise à rude épreuve pendant la phase de révision. Nous vous laissons pour terminer une citation inspirante pleine d’expérience et de vérité du brillant Samuel Johnson :

« Ce n’est pas la force mais la persévérance qui fait les grandes

œuvres ».

 


Bien entendu, ces petits pas gagnants ne sont pas exhaustifs lorsqu’on démarre un projet d’écriture. N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour recevoir des conseils plus personnalisés sur vos problématiques d’écriture.

 

Myriam – Consultante en édition et communication
myriam-callec-consultante-edition